AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


L'art est fait pour troubler
 
L'équipe du forum souhaite s'excuser pour l’inactivité du forum et voudrait prévenir qu'il ne sont pas entrain de faire la sieste mais de vous préparer un nouveau terrain de jeu ! On vous aimes <3

Partagez|

L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Ouvrir
Messages : 29
Date d'inscription : 27/03/2012

MessageSujet: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Mar 27 Mar - 20:49

Nouvelle pour vous servir [Comédie]


Ton Nom : Tebelli
Ton Prénom : Kalypso
C’est quoi ton petit surnom ? : Kaly essentiellement
T’es vieux comment ? : youpi, je suis majeure ..
On sait que t’as un chromosome X, mais l’autre c’est quoi ? : mon premier X est raciste, il a pas voulut d'un Y comme compagnon
Orientation sexuelle : panda.... ha c'était quoi la question?
Sur ton avatar c'est qui ? Galaxias, Deco*27



A quoi tu ressembles ?

Je dois l’admettre, il m’arrive parfois de faire quelques extravagances. Oui, comme les couleurs dans mes cheveux. Mais avouez que le résultat rend plutôt bien *fait un dégagement de cheveux à la L’Oréal*. Pour vous cela reste bizarre ? Et bien tant pis, je n’aime pas être comme tout le monde, c’est ennuyeux une société de moutons. Je serais la brebis égarée parmi la meute de loups sauvages. Ce n’est pas pour autant que je suis fragile et désarmée. La défense, ça me connait, et je sais très bien appliquer les règles de bases pour survivre.

Bon, mes cheveux sont longs, et je ne voudrais les couper pour rien au monde, même pas pour une publicité. Un côté blond, un côté brun, j’ai jamais su me décider laquelle des deux teintures m’allait le mieux, alors je n’en ai pas choisis. D’ailleurs, pour continuer, vous aurez remarquez les trois couleurs vives ornant ma frange, j’aime les couleurs ! Et même je vais vous, dire, ben nan, je ne suis pas daltonienne, ou peut-être bien que si finalement. De toute façon, j’ai toujours vu le monde avec les mêmes couleurs, alors comment pourrais-je vraiment savoir ?

Au niveau des yeux, mon regard est très commun. Une espèce de couleur marron caca, bon les autres y disent que c’est chocolat. C’est des gourmands les gens, c’est pour ça. J’aurais préféré avoir des yeux bleus ciel, ou encore gris sourit. Mais nan ! J’ai eu ce marron cochon ! J’vous jure les gènes sont capricieux parfois. J’ai un nez pour respirer, un bouche pour parler, deux oreilles… bref, une humaine normalement constituée. Ha j’ai peut-être pas toutes mes dents, je n’ai plus celles qui dit pour la sagesse. Mais vous vous en rendrez même pas compte, vous n’êtes pas dentiste, je me trompe ?

Et bien on arrive enfin à dépasser le stade des épaules. Pour la silhouette, c’est facile, je suis fine de partout. Des doigts aux chevilles, sans oublier de passer par la poitrine. Ouais, je n’ai pas une poitrine aussi développée que ces femmes sur les posters sexys, mais je m’en adapte, et puis ça me convient très bien ainsi. Je rentre dans n’importe quel costume grâce à cela. Je ne vais pas m’en plaindre. Bien que dès fois certains rajustement soit nécessaire, vu que je ne suis aussi pas très grande en taille. Je suis fine, c’est super, mais je n’ai pas la taille mannequin requis, dommage. Ou pas en fait, tous ces discours à l’eau de rose ne me corresponde pas du tout. Je souhaiterais faire la paix dans le monde, quand ma mère regarde ce genre d’émission à la télé, j’ai toujours une folle envie de crier devant le poste « nunuche ».

Donc, nous disons, pas très grande, fine, constituée normalement, de long cheveux qui eux font la différence. Finalement je suis assez comme tout le monde, voilà, je suis une madame tout le monde un peu excentrique sur les bords. Regardez, même mes ongles sont plein de couleurs. Je ne les ronge pas, pourquoi me priver de les colorer ? J’ai peut-être un autre petit quelque chose qui me distingue des autres, mais je ne sais pas si je vous le dit. Mhh, d’accord, mais vous le gardez en secret hein ! Voilà, approchez vos oreilles, j’ai un tatouage. Offert par mon père pour mes dix-huit ans, il est tout ressent. J’en rêvais, et il était hors de question de le demander à cette femme.

Maintenant, je paris que vous voudriez savoir où il se situe, ce qu’il représente. Aller, je suis dans un moment de grâce, alors je vais vous dire cela aussi. *relève ses cheveux* Vous voyez là, sur ma nuque ? Il est beau n’est-ce pas. De toute façon, je le trouve beau vous le trouverez beau ! Cette petite fée échappée du conte de Peter Pan, mon histoire préférée au passage. Oui, j’ai toujours rêvé trouver ce pays imaginaire et ne jamais y grandir. Qui n'a pas souhaité un jour fuir les obligations venant s'ajouter avec les joies qu'apporte l'âge adulte?




Et dans ta tête c’est comment ?

Joyeuse, spontanée, gourmande, elle dévore le bonheur, sans se poser de questions inutiles. Elle aime la vie et profite du moment présent. La demoiselle ne cherche ni le luxe, ni la poudre aux yeux. Elle est en quête d’authenticité et de naturel. Elle est un condensé d’amour et de bonne humeur ! Tonique, elle a un côté naturel très rafraîchissant. Mais elle ne dévoile pas ses charmes au premier venu. Elle se mérite, et il faut savoir la découvrir et l’aborder. Elle peut impressionner parce qu’on ne sait pas toujours comment elle va réagir. Elle a tendance à être casse-cou et étonne fréquemment par son intrépidité. Écouter plus souvent les mises en garde de son entourage lui éviterait cependant quelques déconvenues ! Dynamique, combative. Ce n’est pas une faible femme qui se laisse faire. Elle a de la répartie, et quand on essaye de la toucher au cœur, elle sort les armes. Elle est une rebelle. Quand quelque chose ne va pas, elle met les pieds dans le plat. Certains trouvent qu’elle est parfois un peu piquante !

La jeune fille est donc pleine de piquants. Pourtant, elle est toute douce et toute sensible sous son armure. Cette jeune personne n’a sans doute pas assez été protégée et elle en a besoin. Elle a parfois peur qu’on l’écrase. Elle serait heureuse si elle savait que le monde n’était pas si dur. Alors, elle se défend comme elle peut. La demoiselle deviendra grande quand elle baissera sa garde et quand elle fera davantage confiance à ceux qui lui veulent du bien. Elle doit se dire que tous les humains ne sont pas des prédateurs. Et un jour la demoiselle sera pleinement heureuse. Et comme le phénix, elle renaît toujours de ses cendres. Si elle tombe sept fois, elle se relève huit avec la même détermination et la même volonté de vaincre tous les obstacles. Quasiment indestructible, elle encaisse tous les coups, avec humour et impétuosité, et parfois même un poil de cynisme. Kaly a au fond un cœur d'or : simplement, elle refuse de se prendre trop au sérieux et a besoin de laisser parler son instinct.

De plus, elle a vraiment une super réputation auprès des gens. Ils l’adorent et lui trouvent plein de qualités. Ils ont confiance en elle, parce qu'elle se comporte d’une façon ultra naturelle avec eux, presque comme si elle en était un elle-même. Elle est le genre de fille cool et pas galère qu’ils adorent avoir dans leur entourage. Tout en étant un peu garçon manqué, elle arrive à conserver sa féminité... La demoiselle n’est pas un bourreau des cœurs. C’est quelqu’un de profondément gentil mais avec un coeur de pierre... Avec les hommes, elle est un peu sur ses gardes et ne leur fait pas de cadeau. Elle n’hésite pas à attaquer quand il le faut ! C’est une guerrière ! Une Amazone Anti peine de cœur ! Et la jeune fille et d’autant plus méfiante avec la gente féminine qui est dite le sexe faible, mais qui reste tout de même redoutable.

Elle a une intelligence supérieure à la moyenne, mais ne veut pas le montrer. Elle donne parfois l’impression de ne pas avoir les pieds sur terre. Pas étonnant, elle est reliée à sa planète, qui est à des années-lumière de la terre. Kaly n’est pas toujours facile à décrypter. Pourtant, elle fait des efforts pour être à la portée de ses copains ‘terriens’ ! La jeune fille ne supporte pas les faux semblants et les mensonges. Dans l’entourage, il y a toujours des secrets et une petite dose d’hypocrisie. Elle perce l’abcès quand ça fait mal. C’est le poil à gratter de la famille, de ses ami(e)s. Elle met son nez là où il ne le faut pas et se rebelle souvent. Elle ne fait pas toujours preuve de diplomatie, mais elle a le mérite d’être franche et elle a un bon cœur. Et malgré son sale caractère, on l’adore !

Tu aime ou tu n’aimes pas ?? Ce n’est pas grave moi j’aime bien !! Elle chante ??!! Il était une fois… Hoooo, un écureuil ! Et c’est quoi le début de ton histoire ? Quelle histoire ? Celle que tu commençais à nous raconter à l’instant ! Ha, celle du papi russe ? Heuuu, laisse tomber ! Ben non, ça pourrait se casser…

Folle ? Cette demoiselle ? Peut-être un peu sur les bords ! Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est jouer les folles et faire tourner son monde en bourrique. Oui, elle trouve drôle de les voir chercher à comprendre une logique qui n’existe pas. C’est que s’amuser des gens, est un passe-temps des plus distrayant et très enrichissant. Connaître les gens ? Pas forcément, se fier aux apparences seules reste une erreur qu’elle n’aime pas commettre, alors elle taquine, des fois jusqu’à pousser à bout. Une méthode comme une autre afin d’appréhender la gente humaine de ce monde haut en couleur.

Parlons-en de ce monde. Elle l’aime ! Bien sûr, puisqu’elle l’a choisie, sa plus grande peur serait de devoir faire marche arrière. Ceci reste bien caché par son caractère pervers et peu abordable. Comment elle est ? Elle s’aime ainsi, et n’y changera rien. Pas même pour l’amour d’un homme. Enfin, elle annonce la couleur de son cœur glacé, mais allez savoir, peut être que l’un de ses jeunes hommes réussira à dompter ce fauve. En tout cas, elle ne s’imagine pas dans une telle situation, ne veux pas voir cette image d’animal en cage. La demoiselle serait plus du genre à craquer sur les mauvais garçons, de ceux qui s’en vont au lever du soleil sans un mot. Ceux qui comme elle, ne veulent pas se piéger dans les sentiments.

La musique ? La demoiselle ne se déplace jamais sans pouvoir l’écouter. Souvent, on la croise, coupée du monde, un casque sur les oreilles, n’entendant même pas son nom quand il est prononcé juste à ses côtés. Pourtant, c’est le théâtre qui a su séduire la jeune fille. Elle vit pour monter sur scène, se déguiser, et toujours changer de visage. Bouger en permanence est pour elle nécessaire. Les cours, c’est ludique, durant ces horaires, on y apprend d’intéressantes choses, même si ce n’est pas constamment. Mais il ne faut pas croire que cette jeune personne soit une image parfaite à suivre en classes… Contrairement à cela, même si elle s’y intéresse, il lui est impossible de tenir en place. Elle doit sans cesse trouver à se distraire, ce que rester assise est fatiguant, et il est si facile de s’endormir sur ces bureaux même peu confortable. C’est la vie ! Elle aime ne pas être parfaite et le revendique.

Et concernant le reste, elle aime ou pas, c’est selon son humeur. Un côté lunatique chez cette jeune fille, sans aucun doute, et de cela, elle change souvent ses affaires. Elle revendique un mixte du sourire angélique et du regard froid qui glace le dos. Pourquoi se casser la tête avec des choses si futiles à la vie, quand on peut jouer sur les coups de cœur et mélanger le tout harmonieusement. Elle est passée pro dans le domaine de l’incompréhension de ses goûts. Peu est le nombre de gens qui réussissent à suivre sa logique artistique. Pourquoi chercher, elle se fera un plaisir de vous contredire, juste pour aimer voir votre tête de désappointé.

Aussi bien qu’elle peut être complètement déjantée dans la vie de tous les jours, quand elle monte sur scène pour y interpréter un rôle, la voici sous un tout nouveau jour. Une toute nouvelle perspective de la demoiselle s’ouvre à vous. Concentrée et sérieuse, elle se donne à fond pour chacun des rôles qui lui sont attribués. « Il n’y a pas de petits rôles, que de petits acteurs ! » Son slogan. Bien qu’elle reste elle-même dans sa façon d’être, comme de mettre un peu d’ambiance dans les coulisses, quand il s’agit de répétitions ou de représentation, l’affaire n’est plus la même. Complètement envie par son personnage, elle ne se laisse pas perturber pour une erreur d’un collègue. Quoi qu’il arrive, le spectacle continue. Show must go on !




Raconte-nous ta vie maintenant !

J’ai toujours été une princesse pour mon père et un petit monstre pour ma mère. Mes parents sont divorcés, et cette femme me dit tout le temps que j’en suis la cause. Je lui ai piqué l’homme qu’elle aime. Je suis une peste, comme elle le dit si bien. Comme cette maladie apportée par les puces des rats marins. Je détruis tout sur mon passage ! Elle dira autant de mal qu’elle le voudra, la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe. Je l’aime mon père, il a toujours le mot pour me remonter le moral quand ça va pas. Pour lui, je vais toujours bien.

Mais en attendant, toute histoire doit avoir un commencement, la mienne débuta un vendredi 20 mars, le jour du printemps dit-on. La plus belle des saisons. Il y tant de couleurs et de parfum qui se mélange. Les animaux sortent de leurs cachettes pour faire la fête. Bref, je m’égare là. Donc reprenons, je suis née le 20 mars. Jour où l’on célèbre l’arrivée d’une nouvelle saison. Vers 19h36, le docteur annonçait que j’étais une fille. Bien sûr, comme tout homme fort et courageux, mon valeureux père s’était évanoui. Lieu de naissance ? L’hôpital Angelo, de la Belle Venise. Je suis italienne, et je suis fière. Mais le pays que j’ai toujours rêvé de visiter, c’est l’Australie. Je ne sais pas pourquoi, cette immense île m’attire. C’est ainsi, je veux y aller. Enfin, je me perds de nouveau dans de futiles pensées qui ne sont pas à l’ordre du sujet abordé.

Donc, je disais, je suis née en Italie, en présence de mon papa et évidemment de ma mère, un docteur tout à fait charmant et deux autres infirmières. Ces gens-là m’ont fait pleurer, comme ils font avec tous les nouveaux nés. Non, ceux ne sont pas des monstres. Pesée, mesurée, lavée, emmaillotée, tout ceci dans un ordre qui m’est inconnu, pour enfin me rendre à mes parents dans un état disons, présentable. Ces deux personnes s’aimaient, plus que tout se disaient-elle sans cesse. Pourtant, je n’ai pas eu la vie rêvée d’une famille parfaite. Maintenant, je pense même que s’il en avait été autrement, je me serais fortement ennuyée quand même. Enfin voilà, au début tout allait comme dans les familles normales. On présente le bébé à tout le monde, on vante la beauté de ce petit être doté d’une partie de nos gênes. Ce petit bout d’humain qui va devenir grand, beau et fort comme vous. Ouais, juste après sa venue au monde, la plupart des parents en sont très fiers. Puis j’ai grandie et mon père est devenu complètement accro à mes fossettes. Il était tout le temps à chercher de nouvelles astuces pour me faire rire.

Tant que cette femme que j’appelle maman en est devenue complètement jalouse. Une folle hystérique moi je dis, mais bon. Je pense que malgré la mauvaise langue qu’elle est, mon père n’a jamais cessé de l’aimer, il partageait juste tout son amour entre les deux femmes de sa vie. Et ça, elle n’a pas su le comprendre. Cette aventure a fini par un divorce alors que je savais à peine mettre un pied devant l’autre. Ballotée de maisons en maisons, oui, j’avais deux maisons rien que pour moi. Une seule école et toutes les deux semaines, je changeais de main à la sortie des classes. Dans une des maisons, je n’entendais que du mal de mon tendre papa, quand à lui de son côté, il n’osait pas dire de méchancetés, mais cela se voyait qu’il en pensait long. Pour lui, bon partis, il s’était juste fait avoir par cette femme croqueuse de diamant. Il m’a élevée dans l’intérêt et la méfiance envers autrui. « Les gens sont viles et cruels, il faut t’en méfier. Quelques rares fruits ne sont pas pourris, trouve les et seuls à eux tu pourras donner ta confiance ». Et il avait raison, les gens ne sont pas tous bons. J’ai connu cela lors du collège. On s’était juré de ne jamais se séparer, et il est finalement partit.

Avec mon ami du primaire, on s’était fait la promesse du petit doigt d’être inséparable. Si on ne nous mettait pas dans la même classe, on jouait les capricieux jusqu’à faire craquer les enseignants pour qu’ils nous changent de salle. Pourquoi faire autant d’histoire pour un ami ? Il était plus qu’un ami pour moi. Au début, je le prenais pour mon grand frère, puis en grandissant, je me suis aperçu que je l’aimais. Je n’ai jamais su ce qu’il en venait de ses sentiments à lui. Je n’ai ni posé la question et il n’a ni confessé un quelconque béguin. J’étais sa meilleure amie, sa partenaire. Il aimait Célia. La blonde du premier rang. Toujours première de classe, la chouchoute des professeurs et adulée par les autres élèves. Ben moi je l’aimais pas, pas du tout cette Célia. Je souhaitais qu’elle parte, loin, très loin, et pour toujours. Au lieu de ça, c’est lui qui est partit. Alors qu’il avait promis de toujours rester avec moi, il a déménagé, sans rien me dire, comme ça du jour au lendemain, il n’est plus venu à l’école. Et le soir en lui portant les devoirs, un gros camion refermait ces deux grosses portes arrières sur toutes ses affaires. Il s’est éloigné, sans même me laisser un mot d’adieu. Vous penserez ce que vous voudrez, pour moi, c’était comme une trahison.

Je ne suis pas devenu méchante pour autant. Ne croyez pas tous ces gens, ils vous mentent ! Je suis juste devenu légèrement associable. Et à entendre mes parents sans cesse se chamailler pour un oui ou pour un non, je ne suis pas non plus devenue sentimentaliste. Ni romantique, ni fleur, ni rien du tout. Je suis juste devenue moi. La fille aux cheveux bizarres que j’ai colorés dès mon entrée au lycée. Je veux marquer les esprits, et sans me vanter, je crois que ça fonctionne assez bien. Ma mère n’a plus jamais voulut que je passe la porte de sa maison affublée de cette étrange coloration capillaire. Je n’allais pas m’en plaindre. J’avais mon père, qui lui m’accepte telle que je suis. Bien qu’il ait un peu râlé, il était tout de même plus retourné contre cette femme qui avait osé mettre à la porte sa propre progéniture pour une simple anecdote de couleur. Après ça, je n’ai plus jamais eu de nouvelle de la part de cette madame, qui quelques années plus tôt m’avais mise au monde. Je crois qu’elle a un peu oublié. On ne vous a jamais dit que l’habit ne faisait pas le moine ? Et bien ça ne fonctionne pas vraiment avec moi. J’ai l’aire d’une hystérique échappée d’un asile avec ma chevelure dite ratée par les autres, et bien je sais tout aussi bien jouer le jeu.

En tout cas, je sais amuser la galerie. Et je n’ai pas du tout, mais alors pas du tout peur du ridicule. Il n’a jamais tué personne et ce n’est pas avec moi qu’il va commencer. Bien que restant studieuse, pour quand même rendre mon père fier d’avoir une fille telle que moi, certes un peu différente de toutes ces barbies parfaites. Je ne suis pas faite pour les défilés ou autre histoire de miss je ne sais quoi. Et je ne serais jamais élue reine du bal de printemps. Oui, mon lycée a copié cette absurde idée américaine qu’est de faire un bal de fin d’année et couronner un roi et une reine. Etant donné que ceux sont les élèves qui votaient, j’ai juste boycotté leurs élections. Oh mon dieu, je n’ai pas voté, je ne suis pas une bonne citoyenne. Enfin en même temps, ces élections-là ne sont pas non plus d’une importance capitale. En fait, elles le sont, mais pas pour moi. Pour ces filles qui souhaitent toutes porter la couronne en fin d’année lors de ce si attendue bal. Au lycée, ce a quoi il faut penser, c’est le bac. Le diplôme de fin de cycle scolaire. Ce messie qui nous ouvre les portes vers d’autres horizons. Mais d’un autre côté, ce n’est pas vraiment sur ce détail ci que je voulais m’attarder. J’ai encore perdue le fil et j’ai dérapé. Bref, ce dont je dois vous parler, c’est qu’en arrivant au lycée, je suis tombée amoureuse. Très sérieusement.

Je ne vis désormais que pour ma passion. Le théâtre ! J’ai complètement fondue pour cette discipline. De me voir arriver à son activité, le professeur l’animant n’a pas été si réjouit que cela. Mais les élèves se devaient de réaliser une activité extra-scolaire pour animer la kermesse lors des portes ouvertes du bâtiment. Et contre toute attente, cela m’a plu. Je veux dire vraiment. Ces petites scénettes d’improvisation que l’on fait en répétition, se déguiser, être totalement quelqu’un d’autre. J’ai totalement adhéré. Me prenant à chaque un peu plus au jeu. J’ai été envoutée. Et je me donnais vraiment à fond pour être au top et donner le meilleur de moi-même. Un tel investissement de ma part en surprit plus d’un, le professeur encadrant le club en fut le premier. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis la meilleure du groupe, ça non. Mais je savais me débrouiller, et j’avais vraiment envie de continuer dans cette voie. Peut-être un projet d’avenir, de carrière. Il fallait y réfléchir, que j’en parle à mon père. Sans vraiment y croire, je lui expliquai mon envie de me réaliser grâce à ma passion. Il faut savoir que mon papa, c’est le meilleur du monde. Il a tout de suite comprit, et m’a même poussé dans ma réussite. Cependant, on passa un accord. Le diplôme et ensuite l’école spécialisée. Ça marchait pour moi.

On chercha ensemble une école qui me pousserait à donner tout ce que j’avais à donner pour cet art qui m’envahissait. De longues recherches, beaucoup de visites et peu de coup de cœur. C’est finalement une collègue de travail, que je soupçonne d’être amoureuse de mon père, elle est jolie, elle attend quoi pour foncer. Donc je disais, c’est cette séduisante personne qui nous parla d’un pensionnat où avait été l’un des fils d’une de ses grandes amies. Elle n’était plus très sûre du nom, mais se renseignait pour nous. Cette dame est extraordinaire. Elle nous ramena tous les renseignements dont on avait besoin. Pensionnat Shuwan ! Il se trouvait loin et aller le visiter ne fut pas facile. Mon fabuleux papa se prit une semaine de congé pour que l’on puisse s’envoler vers ce petit coin de paradis. Et aussi bien lui que moi, on tomba littéralement sous le charme des lieux. On y fit mon dossier d’inscription. Je devais pour la première fois me séparer de mon père et ceux, pour une durée d’un peu plus que deux semaines. Mais c’était pour la bonne cause. Une vraiment bonne cause ! Et me voici posant désormais les pieds et les valises dans ce lieu magique où je vivrais très prochainement plein de nouvelles aventures. J’ai hâte !



Eh, toi derrière ton écran, présente toi !
Tu nous donnes ton petit nom ? vous pourrez m'appeler Ange, héhé
C'est quoi ta date d'anniversaire ? 05.02
Tu te débrouille comment en RP : je m'adapte
Tu seras là souvent ? je pense passer tous les jours au moins une fois, si la connexion internet le veut bien
On t'a pas encore demandé, mais pourquoi t'es là ? Comment tu as trouvé ce forum ? en cliquant sur votre vignette d'un de vos partenaires, je suis tombée sous le charme direct, j'avoue que j'ai hésité ayant déjà un certain nombre de forum, mais je n'ai pas su résister et me voilà


Dernière édition par Kalypso Tebelli le Dim 1 Avr - 11:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ouvrir
Double compte : Shinji Okamatsu
Messages : 171
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Mer 28 Mar - 7:43

Bienvenuue <3

Bonne chance pour la fin de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Ouvrir

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Mer 28 Mar - 10:28

Bienvenue et bonne continuation :3
Revenir en haut Aller en bas

Ouvrir
Messages : 152
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 20
Localisation : Dans ton dos :3

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Mer 28 Mar - 11:07

    Bienvenue et bonne chance pour ta fiche ^w^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ouvrir
Messages : 29
Date d'inscription : 27/03/2012

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Ven 30 Mar - 12:49

Merci pour ce chaleureux accueil
je tâcherais de ne pas vous décevoir =)

PS : fini, si quelque chose ne convient pas, faites le moi savoir
je changerais détails ou autres fausses notes ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ouvrir
Sur l'avatar : Gokudera Hayato (Reborn!)
Double compte : June Collins (Admin)
Messages : 172
Date d'inscription : 01/02/2012

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Lun 2 Avr - 14:42

Rien a redire ! A part bienvenue parmi nous officiellement ;)

Tu sera chambre 4 !
Maintenant que tu es validée, tu peux créer ta fiche de personnage, commencer à RP, faire plein de jeux avec nous et bien sur profiter de toutes les possibilités qui te sont proposée ; club, groupe, ... Et n'oublie pas de voter pour nous sur les top-sites ;)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ouvrir
Messages : 29
Date d'inscription : 27/03/2012

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini] Lun 2 Avr - 18:27

Yes, merci beaucoup =D
une petite partie codage de la fiche
et à moi les rps
/baffe/ calme donc tes ardeurs ma fille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Ouvrir

MessageSujet: Re: L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

L'art et la manière, Kaly a soif d'apprendre [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Marie a soif de savoir [Terminée]
» Bonne manière
» De l'art et la manière de se dévouer [PV Villadra]
» Bois sans soif
» Constant-Aksel Baugarel. La soif de justice! Il n' y a pas philtre revigorant plus efficace que celui ci!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Shuwan :: Administration :: Inscriptions :: Fiches Validées-